Terra Mystica

Des nains, des géants, des sorcières, des sirènes, des fakirs, des alchimistes! Quatorzes races toutes plus gouleyantes les unes que les autres pour se mettre joyeusement sur la tronche entre amis. Si ça s'est pas la définition du bonheur, ça y ressemble sacrément en tout cas. Mais bon, allons donc, et passons aux choses sérieuses, parce que Terra Mystica, c'est du jeu lourd de velu pour hardcore gameurs et hardcore gameuses. Alors voyons de quoi il retourne.

Terra Mystica est un jeu de développement et de gestion de ressources qui a su habilement intégré un thème médiéval-fantastique. Les joueurs vont prendre le contrôle d'une des quatorze races à leur disposition et avec, vont tenter d'en faire la civilisation la plus resplendissante (comprenez qui aura amassé le plus de point de victoire à la fin de la partie). Pour cela, ils vont devoir construire leurs habitations sur les différentes zones du plateau. Mais voilà, chaque race ne peut construire que sur un certain type de terrain, et donc, pour pouvoir s'étendre, elle devra dépenser son énergie à terraformer les zones voisines pour les rendre agréables et constructibles à sa population. Et ce n'est pas une mince affaire.

Arrêtons-nous quelques instants sur le plateau individuel de chaque joueur

Tout d'abord, en haut à gauche "Les Bôôôls de pouvOIR" (voix caverneuse d'outre-tombe qui fait trembler les enfants), sans doute la plus grande trouvaille du jeu mais on y reviendra, au centre le chef du village avec le cercle des terrains de base. Le terrain à midi, ici le marais, est l'habitat naturel de votre race. Tous les autres vous coûteront de une à trois pelles pour être terraformé. Par exemple ici, transformer une forêt en marais pour vous y installer vous coûter deux pelles.

En haut à droite se trouve vos possesions de départ, ici trois ouvriers, quinze pièces d'or et un niveau dans le temple de la terre et dans le temple du feu. Juste en dessous se trouve votre échelle de terraformation. Chaque niveau indique le nombre d'ouvrier à dépenser pour obtenir une pelle. Au premier niveau, il vous faudra trois ouvriers. Encore en-dessous se trouve votre échelle de naviguation et encore en dessous le pouvoir spécifique de votre race.

Enfin, en bas à gauche les revenus générés par vos différentes constructions sur le plateau.

Et voilà! On y est, on a perdu Tata Lucette avec la description du plateau individuel. Et il nous reste encore à voir le plateau central, qui ressemble à ça!

Le plateau central

C'est là que tout se passe, enfin presque tout. On terraforme, on y construit ses petits cabanes, pour recruter des ouvriers, ses temples, pour recruter ses prêtre, et sa forteresse, pour recruter rien de spécial, mais ça file un pouvoir qui tabasse. Comme les créateurs de ce jeu ont l'esprit un peu tordu, ils ont prévu un petit arbre technologique pour les construictions. Donc d'abord je fais une cabane, très bien, qui me donne des ouvriers à chaque tour, très bien, puis je la transforme en temple, très bien, qui me pourvoit en prêtre, très bien, mais du coup j'ai plus ma cabane, donc j'ai plus mes ouvriers. Arf, moins bien.

Ce petit mécanisme subtil oblige sans cesse à réfléchir aux constructions que l'on va réaliser, car chaque fois que l'on transforme une de ses cabanes, on en perd les revenus et ça peut être très très pénalisant.

Que la lumière soit...

... et la lumière fut. Parce que bon deux plateaux c'est bien, mais trois c'est mieux. Alors voilà le plateau des temples.

C'est là que vos prêtres vont plaider votre cause et faire rayonner votre civilisation. Une autre façon de marquer des points. Parce que le truc à Terra Mystica, c'est qu'il existe de nombreux chemins vers la victoire.

Et comment qu'on y joue?

Et bien, paradoxalement, très simplement. On commence par prendre les revenus générés par nos construction, puis les joueurs joue une action chacun leur tour parmi les huit actions suivantes:

  • Terraformer et construire
  • Développer la naviguation
  • Améliorer le rendement de ses pelles
  • Améliorer un de ses bâtiments
  • Envoyer des prêtres au temple
  • Faire une action spéciale disponible sur le plateau
  • Passer

Lorsque tous les joueurs ont passé, on démarre un nouveau tour.

Résumé comme ça, ça en devient presque trop simple, limite simpliste. Et comme d'habitude, j'entend les râleurs. "Ouais bon ben c'est bien beau tout ça mais et les bols de pouvoirs dont tu nous parlais tout à l'heure, ils sont où? Ça fait dix minutes qu'on lit et toujours rien!".

The Bowl of Power

Ach, les bols de pouvoirs, c'est le petit plus Periglioni (comprendront les quadras) de Terra Mystica. C'est par cet élégant artifice que les créateurs ont amené la petite dose d'interaction directe qui aurait pu cruellement manqué à ce jeu. Basiquement, chaque fois qu'un joueur construit juste à côté de chez vous, il vous fait gagner du pouvoir. Gagner du pouvoir revient à faire bouger des petit jeton violet tout mignon d'un bol vers un autre. Lorsque des jetons arrive dans le troisième bol, le pouvoir est utilisable pour vous permettre d'effectuer tout un tas d'action. On voit donc tout l'intérêt de construire pas trop loin de ses adversaires. Mais le revers de la médaille, c'est que plus on a de monde autour de soit, plus les places sont chères pour s'étendre. Et franchement, j'aime beaucoup la dualité de ce mécanisme.

Et finalement, pour le conclusage

C'est du tout bon, comme dirait Jacques. Terra Mystica est un vrai bon gros jeu, plein de choix, plein de stratégie avec une rejouabilité énorme grâce aux mulitples races, aux multiples manières de marquer des points de victoires (que j'avoue je n'ai pas détaillé par fainéantise, mais le but n'était pas de réécrire les règles).

Au moment où j'écris ces quelques lignes, il truste allègrement la 2ème place du classement Boardgamegeek, jsute derrière Twilight Struggle et c'est amplement mérité.

Donc si vous aimez les gros jeux, vous le conaissez et l'avez déjà c'est sûr. Par contre si vous voulez vous lancer pour voir vraiment ce que c'est qu'un gros jeu velu, Terra Mystica est le candidat idéal. L'intégration élégante du thème rend le jeu cohérent et relativement accessible en terme de règle. Mais comprendre les règles, vous le savez, ce n'est pas du tout maîtriser le jeu. Et là pour y arriver, vous avez de longues heures de jeu, joie et bonheur devant vous.

PS: Je ne sais pas si j'ai déjà écrit un post aussi long! Plus de mille mots, ça donne le vertige. Y'a des courageux qui sont allés au bout?