Quand les vieux prennent le pouvoir

Six mois que je n'avais pas repris la plume. Six longs mois. Bon en fait un peu moins mais on va pas chipoter. Alors cette fois je reviens pour vous parler d'une BD qui m'a sacrément ému, touché, bidonné (rayez la mention inutile mais pas sûr qu'il y en ait une), une BD qui m'a réconcilié avec ce noble, car cela faisait quelque temps que je ne trouvai plus rien de vraiment intéressant. Et là, bim, pleine face! Que du bonheur.

Les vieux fourneaux, c'est l'histoire magique de trois septuagénaires, trois vieux de la vieille, trois vies, trois destins soudés par une amitié indéboulonnable. Trois gueules cassées, trois grandes gueules qui portent un regard amusé ou attéré sur notre monde. Qui commentent les grands changements politiques, sociaux, culturels avec leurs expériences. C'est à se tordre de rire. Chaque case est une mine de détail. Chaque bulle, chaque réplique fait mouche.

Quand on ouvre les vieux fourneaux, on est transporté dans une réalité alternative où les vieux auraient pris le pouvoir pour notre plus grand bonheur. Car c'est bien cela "Les vieux fourneaux", un hymne à la jeunesse éternelle.

Un véritable vent de fraîcheur apporté par cette bande trublions que plus rien ne semble pouvoir arrêter. Vous l'aurez compris, j'ai adoré et dès que j'ai un cadeau à faire, pim pam poum, 2 exemplaires de plus. Déjà deux tomes de sortis, et on prie pour que ces vieux si attachants aient encore une longue carrière devant eux.

Vivement que j'ai soixante-dix piges tiens!